Webzine sexy pour adultes très coquins

Histoire érotique, conseils sexy pour mieux faire l'amour...

Soumise et humiliée dans un wagon

histoire porno double penetration train wagon

Une pluie froide fouette le quai, les parapluies sont tenus bas presque comme des boucliers pour protéger les passagers qui attendent dans les files d'attente changeantes pour monter dans les wagons de train. Elisabeth, prise en sandwich entre deux grands hommes, essayait de maintenir un semblant de bienséance, mais la foule déferlante l'empêchait de ne pas écraser son corps contre l'homme devant elle, tandis que l'homme à l'arrière menait une bataille vaillante, mais finalement infructueuse, pour éviter d'enfoncer son ventre dans son postérieur bombé.

Elle aurait pu ressentir une certaine excitation si le temps n'avait pas été aussi rude et soudain. La tempête de fin de printemps avait surgi de nulle part, ce qui n'est pas du tout inhabituel dans cette partie du pays, mais les températures glaciales et la quantité de pluie étaient tout à fait stupéfiantes. La robe élégante et le manteau d'Elisabeth n'ont pas fait le poids face à l'averse et, pendant l'attente du train, elle s'est retrouvée presque entièrement trempée.

Une nouvelle poussée par derrière et elle sentit le gentleman qui se trouvait derrière elle se saisir de sa taille pour se retenir et ne pas basculer sur elle. En se retournant, elle lui adressa un sourire crispé et le bel homme, qui avait peut-être quelques années de plus qu'elle (trente-cinq ans), lui rendit sa complainte silencieuse par un haussement d'épaules penaud. Ils se retrouvèrent bientôt dans l'enceinte protectrice du wagon et Elisabeth se dirigea vers la cabine qui lui avait été attribuée. Elle retira son manteau avant de s'asseoir lourdement.

Sa journée à la banque avait été longue et fatigante, comme c'était toujours le cas pour un directeur d'agence. Toute la journée, elle avait été harcelée par ses subordonnés pour obtenir des réponses et des directives. S'asseoir dans la voiture silencieuse était le premier vrai moment de paix qu'elle avait ressenti depuis des semaines. En fermant les yeux, elle se mit à penser au week-end qui l'attendait et au temps qui semblait s'être écoulé depuis qu'elle avait vu Jacob pour la dernière fois. Un homme plus âgé, peut-être proche de l'âge de son propre père si elle osait se permettre d'évaluer de telles similitudes, il était bien établi dans sa profession et on le sollicitait souvent pour qu'il donne son avis à ceux qui avaient besoin de son esprit aiguisé. Ses manières puissantes l'avaient prise sous leur protection et c'est dans son étreinte qu'Elisabeth se sentait vraiment en sécurité. Pendant trop longtemps, elle avait été guidée par sa carrière et était tombée dans le piège de devenir le maître dans toutes ses relations, à tel point que les hommes qu'elle pensait devoir attirer s'étaient éloignés d'elle et qu'il ne restait plus qu'une mer de prétendants efféminés qu'elle détestait. Puis, un soir, lors d'un cocktail, Jacob l'a mise au défi, a défié ses hypothèses et lui a prouvé qu'elle avait tort sur plus d'un point. Au début, elle s'est sentie humiliée et en colère, mais il ne l'a pas rabaissée pour ses erreurs. En fait, il l'a félicitée pour sa volonté de prendre des risques que des hommes plus timides n'auraient jamais osés.

Il avait semblé parfaitement naturel qu'Elisabeth se retrouve dans le lit de Jacob. Elle était volontaire et malléable, mais avec une pointe de rébellion qui intriguait son amant. Sa main ferme et ses ébats insistants lui avaient rappelé les joies de la féminité. Elle avait retrouvé la partie soumise de son esprit qui ne demandait qu'à être libérée et Jacob avait enfin débloqué cette partie de sa psyché qu'elle avait tranquillement emprisonnée au profit de sa réussite en affaires. C'est avec le sourire qu'elle a parcouru tant de kilomètres pour revenir vers lui.

En pensant à Jacob, elle se souvint de sa demande pour ce voyage et dézippa son sac à vêtements suspendu pour en sortir la tenue qu'il lui avait fournie. Il s'agissait d'une jupe en coton gris qui serait très courte sur sa silhouette féminine, d'un chemisier blanc qui se boutonnait sur le devant avec un emblème cousu juste sous le col gauche, d'une paire de chaussettes blanches qui montaient jusqu'aux genoux et d'une paire de chaussures noires en cuir verni. Lorsqu'elle a reçu le paquet par la poste, elle a été légèrement amusée et n'arrivait pas à croire que Jacob ait été à ce point séduit par le plus commun des fantasmes ,la soubrette. Pourtant, ses instructions étaient claires et elle s'appliqua à obéir à ses désirs.

Rassemblant ses vêtements et son sac, elle se dirigea vers les toilettes pour se changer. Dans l'exiguïté des lieux, elle pouvait à peine se déplacer et se cogna plus d'une fois le coude et les jambes contre les murs. En enlevant sa robe trempée, elle a utilisé quelques serviettes en papier pour se sécher le corps, mais elle s'est aperçue qu'elle ne pouvait pas sécher suffisamment son soutien-gorge pour éviter les taches d'humidité sur le chemisier. En haussant les épaules, elle a enlevé le soutien-gorge et a tiré le chemisier sur ses épaules et l'a boutonné proprement. En se regardant dans le miroir, elle pouvait voir le faible contour de son aréole et la légère saillie de son mamelon qui se raidissait. La jupe et les chaussettes s'enfilent facilement et, avant qu'elle ne s'en rende compte, Elisabeth aurait pu être l'attraction principale d'un rêve éveillé très coquin. Remettant ses cheveux en queue de cheval, elle se maquilla comme elle avait vu des jeunes femmes le faire et bientôt, elle fut l'incarnation même du désir dévergondé. Ses yeux étaient animés d'une faim sexuelle qui manquait aux jeunes femmes qu'elle avait habillées. Lorsque sa transformation fut enfin terminée, elle jeta un dernier coup d'oeil et découvrit que sa culotte devenait humide à l'idée de la réaction de Jacob lorsqu'il poserait les yeux sur elle.

En retournant dans sa cabine, elle trouva deux jeunes hommes et une jeune femme assis sur les bancs en peluche qui se faisaient face. Lorsqu'ils ont levé les yeux vers elle, Elisabeth a vu les garçons d'âge universitaire la fixer d'un regard évaluateur, leurs yeux affamés dévorant chaque centimètre de chair exposée tandis que leurs esprits évoquaient ce à quoi elle devait ressembler là où les vêtements cachaient sa peau à la vue de tous. Immédiatement, Elisabeth a rougi, elle s'est sentie exposée et horriblement bête. Elle était une directrice de banque d'une trentaine d'années, habillée comme une tarte, juste devant une jeune femme qui était consciencieusement vêtue d'une tenue presque identique. La jeune femme, une beauté aux cheveux noirs et à la peau pâle, avec un nez féroce et des yeux plutôt hautains, regarda Elisabeth avec une bonne dose d'incrédulité. Un sourire satisfait s'installa sur le visage de la jeune fille lorsqu'elle en vint à la conclusion qu'Elisabeth essayait d'obtenir par la tromperie ce que cette fille avait de droit.

S'asseyant sur le banc, Elisabeth serra ses affaires contre elle en essayant de se cacher sous le sac à vêtements et sa pile de vêtements mouillés. Elle regarda autour d'elle et vit qu'elles venaient toutes du même pensionnat, car l'emblème sur leurs vestes était le même. Les garçons, comme elle les appelait, avaient des yeux qui se promenaient sur ses jambes et plus encore chaque fois qu'elle ne les regardait pas directement. La jeune fille finit par souffler et rouler des yeux avant de sortir grossièrement un livre de son sac et de commencer à tourner les pages bruyamment.

Elisabeth ne sait pas combien de temps les garçons l'ont observée, non pas qu'elle soit effrayée, mais elle était habillée pour une seule activité et sans l'autre fille, elle n'aurait peut-être pas mis les pieds dans cette tanière de loups affamés. Enfin, son téléphone portable se mit à sonner dans son sac, un son qui, pour une raison quelconque, était l'appel du salut, et elle s'entendit expirer bruyamment alors qu'elle tâtonnait pour répondre.

"Mme Reynolds", répondit-elle sèchement, son anxiété s'envolant alors qu'elle saisissait le morceau froid de plastique et de métal. "Oh, oui. Désolé Jacob", dit-elle doucement après un moment. "Bien sûr. Non, j'espérais que tu appellerais." Elle s'assit, le dos droit et les genoux serrés l'un contre l'autre pour empêcher les regards indiscrets de glisser sur sa jupe plus loin qu'ils ne pouvaient déjà aller. Ses bras étaient serrés, ses coudes rentrés dans son ventre pour essayer de couvrir le plus possible sa poitrine.

"Je suppose que tu es dans le train", dit Jacob, il pouvait entendre son malaise et cela l'amusait.

"Oui et quand j'arriverai, je pense que nous devrions avoir une discussion sur l'organisation du voyage", siffla-t-elle en levant les yeux pour constater que les deux jeunes hommes n'avaient pas relâché leur regard. Liz chercha la sympathie de la jeune fille, mais elle fut accueillie par un regard noir.

"Dis-moi qui est dans la cabine avec toi", dit-il simplement.

"Jacob", dit-elle avec reproche, "je pense qu'il serait impoli...".

"Dis-moi", lui coupa-t-il la parole, sur un ton autoritaire.

Liz déglutit difficilement puis regarde l'homme assis à côté d'elle. "L'un est un monsieur aux cheveux sable, je dirais environ un mètre quatre-vingt, peut-être cent quatre-vingts kilos. Il a une fossette et il pense qu'il est très intelligent en regardant mes jambes quand j'ai la tête tournée." L'autre élève masculin a ri de l'expression choquée de ses amis et même la fille a ricané à ce commentaire.

"L'autre garçon", poursuit Liz, "est une sorte d'espiègle avec des cheveux bruns en désordre qui ont grand besoin d'être coupés. Sa mâchoire est très masculine et sa barbe débraillée lui donne l'air très câlin." Il rayonne à la description que Liz a faite de lui, regardant ses camarades d'un air fier. "C'est très manifestement un fils à maman car il ne se lasse pas de regarder mes seins." Le garçon à côté de Liz a laissé échapper un rire franc devant l'étouffement soudain de son ami, mais la jeune femme ne s'est pas jointe à lui cette fois-ci.

"Enfin, il y a une jeune femme ici", dit Liz dans le téléphone, ses yeux rencontrant ceux de l'étudiante assise en face d'elle. "Elle a des cheveux aussi noirs que le ciel nocturne et ses yeux brillent comme les étoiles sur la mer bleue". La description de Liz a rendu le regard dur de la jeune femme plus doux. "Elle..." Liz commença.

"Mélanie", a-t-elle ajouté.

"Mélanie", corrigea Elisabeth, "a des jambes très bien tonifiées qui sont à couper le souffle". Pendant un instant, les deux femmes s'évaluèrent ouvertement et, enfin, Elisabeth perçut un soupçon de désapprobation. "Je crois qu'elle n'aime pas beaucoup ma tenue Jacob", admit Liz.

"Je veux que tu remontes ta jupe", dit Jacob.

Elisabeth resta figée un instant, incapable de respirer. Ses yeux allaient des deux hommes à Marie, puis redescendaient sur ses genoux. Elle sentait un frémissement dans son estomac et la peur semblait lui glacer le sang. Jacob attendit patiemment qu'elle s'exécute, écoutant sa respiration s'accélérer alors qu'elle contemplait sa demande. Pendant une longue minute, il n'y eut rien d'autre que le silence, puis il entendit le faible halètement de la jeune femme dans la cabine avec son amant. Les doigts de Liz avaient tiré et regroupé le tissu de sa jupe jusqu'à ce qu'elle ne soit plus qu'une ceinture de coton gris qui s'étalait sur son ventre. L'intégralité de sa culotte était exposée au regard de ces trois jeunes et le regard horrifié de Mélanie la faisait brûler de honte.

"Bien", dit Jacob d'un ton apaisant. "Maintenant, écarte les jambes." Elisabeth se maudit silencieusement, il saurait qu'elle essaierait de garder un peu de dignité et ne lui accorderait pas cette concession. L'homme à côté d'elle se pencha en avant pour mieux voir et l'autre type se redressa en essayant de se convaincre qu'il voyait bien ce qu'elle montrait. "Plus loin", insiste Jacob. Liz a écarté les jambes jusqu'à ce qu'elle soit exposée de façon obscène à ces trois étudiants dont elle aurait pu être la baby-sitter lorsqu'ils étaient tous plus jeunes.

Mélanie essaya d'enfouir son visage dans son livre, mais son regard ne cessait de se poser sur les pages pour regarder le corps exposé d'Elisabeth. Elle pouvait voir une petite ombre se former là où le centre du sexe de la femme était recouvert par le coton blanc uni. Dans l'espace confiné de la petite cabine, il y avait un soupçon d'excitation qui commençait à imprégner l'air. L'étudiant aux cheveux noirs passa la main sur sa barbe broussailleuse et il regarda son ami avec incrédulité.

"Glisse tes doigts sous ta culotte", dit Jacob doucement. Elisabeth ferma les yeux et poussa ses doigts sous la ceinture de sa culotte jusqu'à ce qu'elle sente les poils fins qui entouraient son sexe. Elle entendit des bruits de pas et lorsqu'elle regarda, les deux garçons étaient assis en face d'elle, Mélanie ayant été plaquée contre le mur. Le tissu de ses sous-vêtements était tendu et la forme de son sexe était clairement visible car il mordait sur sa peau. L'ombre s'était assombrie, c'était une mouille grandissante qui s'infiltrait dans le siège. "Touche ton nubin", la voix de Jacob a traversé sa brume, pendant un instant elle avait oublié qu'il était au téléphone.

Son doigt glissa sur le capuchon de son clito et elle fut parcourue d'un frisson tandis que le plaisir de son contact parcourait son corps. Les lèvres de son sexe s'enflammaient rapidement et elles s'ouvraient en attendant qu'un amant apparaisse et comble son désir. Les trois élèves regardent avec stupéfaction cette femme qui commence à se donner du plaisir devant eux. Les garçons n'étaient pas insensibles à cette démonstration et bientôt ils eurent des érections dans leurs pantalons qu'ils frottèrent furtivement tout en regardant avec fascination. Mélanie pressait secrètement la paume de sa main sur ses fesses sous sa jupe tout en levant son livre pour dissimuler ses gestes. Le jeune homme aux cheveux bruns a regardé et aperçu ce qu'elle faisait et a déposé un baiser chaleureux sur ses lèvres.

"Touche l'intérieur", lui dit Jacob.

Le garçon aux cheveux sable fixa sans sourciller la culotte de Liz tandis que ses doigts s'agglutinaient puis s'enfonçaient dans son corps. Son gémissement se mêla au sien et elle ouvrit les yeux pour le regarder directement, bien que son regard soit dirigé vers sa chatte à peine couverte. Pendant un long moment, elle a scié ses doigts dans et hors de son sexe, l'odeur de son auto-mutilation remplissant la pièce de son parfum entêtant. Le jeune homme regarda enfin son visage, ses yeux remplis d'une luxure à peine contenue tandis qu'il se léchait les lèvres avec voracité.

"Ils me regardent, Jacob", plaide-t-elle, sa voix trahissant son excitation.

"Est-ce que cela t'embarrasse ? As-tu honte ?" Jacob lui lance un défi à l'oreille. "Es-tu une fille sale qui aime que les gens te regardent te toucher ?" Ses mots brûlaient dans son esprit et elle ferma les yeux pour ne plus les voir. Elle pouvait entendre le bruit de ses doigts glissant dans sa chatte trempée, les bruits de clapotis bruyants dans la minuscule cabine. "Donne-toi, donne-toi", scandait Jacob dans un murmure. "Laisse-les boire de toi", ordonne-t-il à voix basse. Le téléphone glissa de sa main et tomba sur le sol recouvert de moquette. Mélanie a baissé les yeux et l'a ramassé.

"Tu es toujours là ?" Mélanie a demandé.

"Oui", répondit Jacob, "qu'est-ce qu'elle fait ?"

"Ta pimbêche est occupée à caresser son castor comme si elle était la seule au monde. Je crois que le pauvre Mathieu est sur le point de perdre la tête. Je ne peux pas être tenue responsable de ce qu'il lui fait subir. Je pense que si quelqu'un est à blâmer, c'est toi", accuse-t-elle Jacob.

"Mathieu peut l'avoir, elle sera à lui de plein gré, je te l'assure".

Aux paroles de Jacob, Mélanie donna une tape sur le genou de Mathieu, qui la regarda. D'un geste rapide de la tête, elle fit un signe de tête à Liz et il comprit. Mathieu s'agenouilla sur le sol de la cabine et saisit les cuisses de Liz tandis qu'il abaissait son visage jusqu'à sa chatte vêtue d'une culotte. Il a frotté sa bouche sur la culotte humide, puis a enfoncé sa langue aussi loin que possible. Liz a rapidement tiré le gousset de sa culotte sur le côté, puis ses lèvres et sa langue se sont posées sur elle comme il se doit.

Pendant de longs moments, Mathieu s'est plongé dans le sexe de Liz tandis que Mélanie décrivait avec des détails obscènes tout ce qui se faisait. L'autre gars était occupé à menotter sa bite qu'il avait glissée dans la braguette de son pantalon. Mélanie lui prenait tranquillement les couilles et l'embrassait entre deux récits à Jacob. Enfin, Mathieu a repris son souffle et a fait basculer Liz sur le ventre pour que ses fesses lui apparaissent. Liz a levé les yeux et a vu que Mélanie avait pris le relais sur la bite de l'autre homme et qu'elle la caressait lentement pendant que le couple la regardait, elle et Mathieu.

"Viens par ici", ordonna Mélanie en prenant Liz par le menton et en l'entraînant vers l'autre banc. "Rick veut un peu de ta bouche". Jacob a entendu les mots et a gémi à voix haute.

Liz a levé les yeux et l'étudiant espiègle s'est contenté de la fixer avec des yeux lourds tandis que Mélanie poussait la couronne de sa bite raide entre ses lèvres. Le goût de sa chair dans sa bouche était salé et satisfaisant. Derrière elle, elle a senti qu'on remontait sa jupe sur le bas de son dos et qu'on lui baissait sa culotte jusqu'aux genoux. Le bruit d'une ceinture que l'on déboucle et d'une fermeture éclair que l'on abaisse s'inscrit à peine dans son esprit jusqu'à ce qu'elle sente la tête d'une autre bite s'enfoncer entre les plis beurrés de sa fente.

"Ils la remplissent par les deux bouts", murmure Mélanie, émerveillée, dans le téléphone. "On dirait qu'elle adore ça, c'est vrai. J'ose dire que tu as une vraie pute entre les mains."

Ces mots ont rempli Liz de honte et de fierté à la fois. Ses pensées allaient vers ses parents qui l'avaient élevée dans la bienséance et le respect, et elle les imaginait regardant par la fenêtre du train et la voyant être le jouet de deux jeunes hommes qui auraient pu être ses neveux. L'idée que son père la regarde avec horreur a provoqué des spasmes dans sa chatte et elle a imaginé sa bite grossir dans son pantalon et les regards envieux qu'il jetterait à Mathieu et à Rick. L'œil de son esprit clignote et elle s'imagine sur la table du conseil d'administration de la banque, ses subordonnés entrant et sortant en faisant semblant de ne pas remarquer la baise royale qu'elle reçoit, mais du coin de l'œil, elle peut voir chaque garçon souhaitant être celui qui laboure et chaque jeune fille souhaitant être celle qui creuse le sillon.

"Ok", dit Mélanie dans le téléphone, puis elle le pose sur le siège juste sous le visage de Liz, où la bite de Rick glisse bruyamment entre ses lèvres. La bave et la salive glissaient sur son menton et dégoulinaient en désordre sur le coussin et éclaboussaient son téléphone où Jacob pouvait entendre chaque grognement, chaque gémissement et chaque glouglou. "Il dit que tu dois tout prendre dans ta bouche", dit Mélanie à son oreille tandis que ses doigts s'entrelacent dans les cheveux de Liz et qu'elle commence à appuyer sur chaque coup de queue de Mathieu dans sa bouche. "Elle va boire ton sperme bébé", dit Mélanie en levant les yeux vers son petit ami. "Donne-lui une grosse charge à avaler bébé", a-t-elle encouragé.

Liz a caressé la partie exposée de la bite de Rick qu'elle ne pouvait pas mettre dans sa bouche. Sa langue a parcouru le dessous de la chair couverte de veines alors qu'elle le sentait se raidir et soudain, l'explosion de sperme chaud et blanc a jailli dans sa bouche. Ses joues ont mugi en essayant de tout contenir, puis elle a essayé d'avaler, mais il y en avait trop. Un flot de liquide blanc et crémeux a suinté du coin de sa bouche qui a recouvert sa tige, puis s'est installé dans le nid de poils pubiens.

Alors qu'elle redescendait, elle s'est rendu compte du bruit de la peau qui claque, puis elle a senti les mains de Mathieu saisir son cul charnu alors qu'il enfonçait son membre dans son canal consentant. Baissant la tête sur le coussin entre les cuisses de Rick, elle grogne et gémit tandis qu'elle est baisée de plus en plus près de son orgasme imminent, chaque parole étant captée par le téléphone où Jacob l'écoute attentivement. Enfin, la pièce fut remplie des cris des deux hommes qui atteignaient leur apogée, la semence de Mathieu éclaboussant l'étau de soie de Liz.

Quelques minutes plus tard, Liz entendit un bourdonnement et baissa les yeux pour voir que son téléphone était toujours connecté à son amant. En le décrochant, elle a entendu Jacob appeler son nom encore et encore. Reprenant son souffle, elle put enfin parler.

"Je suis là, mon amour", dit-elle.

"Ahh ma chérie, j'avais peur que tu te sois évanouie. Je n'ai qu'une dernière tâche à te confier", dit-il gentiment.

"Quoi mon amour ?", elle ne pouvait penser à rien d'autre qu'elle pouvait donner à ces jeunes hommes.

"Tu dois finir Mélanie", a-t-il dit. Les mots restaient suspendus dans l'air tandis que Liz essayait d'en comprendre le sens et c'était comme s'ils étaient des ombres insaisissables qu'elle n'arrivait pas à saisir. Enfin, elle a levé les yeux et l'étudiante l'a regardée avec un sourire diabolique, puis elle a écarté les cuisses. Liz pouvait voir que la culotte que portait la jeune femme était tirée sur le côté et que sa chatte rasée de près était bouffie et luisante. Mélanie a tiré sur le capuchon qui couvrait à peine son clito distendu et lui a donné un petit frottement.

"Ok ma chérie", dit Liz au téléphone, soudain remplie d'un nouvel enthousiasme. "Je te verrai quand j'arriverai au commissariat". Elle raccrocha le téléphone et plongea dans le délice qui se présentait devant elle. Elle se régala de la pêche lisse de cette jeune femme qui l'avait regardée de haut pour avoir été une telle catin et elle délira de désir en apercevant les deux jeunes hommes en train de fister leurs poteaux revitalisés.

Liz a fait descendre Mélanie de façon à ce qu'elle soit allongée sur le dos sur le banc, puis elle s'est glissée sur la jeune femme de façon à ce que sa propre chatte soit au-dessus de la bouche de Mélanie en 69. Elle a léché Mélanie et a ensuite écrasé sa propre chatte sur le visage de l'autre femme jusqu'à ce qu'elle la lèche à son tour. Pendant que les deux se baisaient, les gars regardaient avec étonnement jusqu'à ce que Liz fasse signe à Mathieu de s'approcher et de guider son outil dur comme le roc dans la chatte de Mélanie qui l'attendait. Rick n'était pas en reste et a grimpé derrière Liz, puis a glissé sa bite profondément dans sa chatte.

Ensemble, les quatre se balançaient, grognaient et gémissaient. Mélanie a regardé son petit ami baiser Liz pendant quelques coups, puis s'est retirée pour qu'elle puisse sucer la longueur de son membre, avant de le guider à nouveau dans son corps. Mathieu a baisé Mélanie à longs coups lents jusqu'à ce qu'il soit sur le point d'éjaculer et qu'il se retire, faisant gicler sa charge sur le visage et la poitrine de Liz. Rick a baisé Liz avec force jusqu'à ce qu'il ne puisse plus se retenir et qu'il se retire en couvrant les lèvres de sa chatte de son sperme qui a coulé sur le visage de Mélanie.

Ils s'effondrèrent tous les quatre et lorsqu'il fut évident qu'ils étaient épuisés, des applaudissements bruyants se firent entendre à l'extérieur de la porte de la cabine. Ils se retournèrent pour voir qu'un groupe d'étudiants s'était rassemblé dans le hall et les observait. Elisabeth n'a eu qu'une seule idée en tête, celle de se couvrir, mais dans la foulée, elle l'a écartée, préférant s'incliner devant les applaudissements des jeunes hommes et des jeunes femmes. Enfin, Rick ferma le rideau et ils purent entendre la foule s'éloigner.

D'autres textes sexy :